Extinction au gaz inerte

Pour la protection d’incendie de locaux serveurs, de salles data, d’archives, de laboratoires, etc., les gaz inertes sont le plus couramment utilisés.
Avec la dernière génération de ces systèmes, les inconvénients des premiers systèmes ne sont plus d’application ou ont été réduits considérablement.

L’extinction au gaz inerte ne met pas les gens en danger et ne nuit pas à l’environnement. Les gaz utilisés sont de l'Azote et l'Argon et sont extraits de l'air. Pour éteindre le feu, la composition de l’air dans la pièce est modifiée par l’injection de ces gaz.  Le taux d’oxygène est réduit mais sans créer un danger. La visibilité ne change pas parce que la température ne descend que légèrement, de sorte que l’humidité dans l’air ne se transforme pas en brouillard.

Tous les systèmes sont composés de cylindres en acier de la même taille. Après vidange ou lors d’un renouvellement de l’épreuve hydraulique, ceux-ci peuvent être immédiatement remplacés par des cylindres identiques.
 

Le gaz est injecté à travers des buses en 60 ou 120 secondes.  Son volume est égal à environ la moitié du volume de la pièce.  Ce même volume d’air doit pouvoir quitter le local endéans cette même période mais sans créer une pression qui peut endommager les éléments qui forment l’enceinte.  Le mélange d’air et de gaz inerte crée est de préférence conservé le plus longtemps possible pour empêcher le feu de reprendre.  Les normes imposent un temps d’inhibition de 10 minutes.  Une étanchéité suffisante de l’enceinte est donc très importante. Afin de réunir les deux conditions, une superficie d’évent doit être prévue : un ‘clapet de surpression’ qui permet à l’air de sortir mais qui referme le passage dès que la surpression disparaît.

Dans le système Proinert™ de FIKE, que nous installons, un détendeur est incorporé dans les vannes sur les cylindres (de 80 et 140 litres) chargés à 300 bars. Le passage de la vanne s’agrandit avec la pression décroissante de sorte que la décharge se fait à une pression constante de 42 bars.

 

Cette technique apporte un nombre d’avantages :

  •        Il n’est pas nécessaire d’avoir un collecteur “haute pression”, ni de restriction (appelée diffuseur principal), comme dans les systèmes conventionnels.

  •        Les cylindres peuvent être vidés endéans la période de 60 secondes, exigée par les règles et la concentration imposée peut être atteinte sans qu’il y a besoin d’augmenter la quantité de gaz de 10 à 15%.

  •        Les ouvertures des clapets de surpression peuvent avoir une superficie moins grande vu qu’il n’y a pas un débit de pointe à l’ouverture des vannes.

  •        Des tuyaux et accessoires de diamètres plus réduits peuvent être utilisés.

Dans le système Proinert™ de FIKE, que nous installons, un détendeur est incorporé dans les vannes sur les cylindres (de 80 et 140 litres) chargés à 300 bars. Le passage de la vanne s’agrandit avec la pression décroissante de sorte que la décharge se fait à une pression constante de 42 bars.

Cette technique apporte un nombre d’avantages :

  •        Il n’est pas nécessaire d’avoir un collecteur “haute pression”, ni de restriction (appelée diffuseur principal), comme dans les systèmes conventionnels.

  •        Les cylindres peuvent être vidés endéans la période de 60 secondes, exigée par les règles et la concentration imposée peut être atteinte sans qu’il y a besoin d’augmenter la quantité de gaz de 10 à 15%.

  •        Les ouvertures des clapets de surpression peuvent avoir une superficie moins grande vu qu’il n’y a pas un débit de pointe à l’ouverture des vannes.

  •        Des tuyaux et accessoires de diamètres plus réduits peuvent être utilisés.

 

Quand les 'fuites' sont situées principalement au niveau du sol nous utiliserons des bouteilles d'IG100 (Azote pur), qui est un gaz qui est moins lourd que l'air et sera donc conservé le plus longtemps contre le plafond.

 

Le système Proinert est distribué sur le plan mondial.  Il possède de nombreuses approbations comme celles de LPCB (UK), FM, UL et ULC.